Trident 80 - Tamata

Trident 80 - Tamata

Pauillac - Bassin d'Arcachon juillet 2008

Jour 1 :

Nous avons quitté Pauillac le 14 juillet à 16h30 à pleine mer, destination le Bassin d'Arcachon. Une halte est obligatoire à Port-Médoc car on ne peut pas sortir de l'estuaire depuis Pauillac en une seule marée. La traversée habituellement dure environ 4 heures mais cette fois nous aurons mis plus de 6 h au moteur à cause d'un gros clapot sur la Gironde (vent debout contre courant descendant). C'est donc vers 23h que nous avons amarré le bateau au bout d'une panne.

équipage :
- moi (skipper)
- Philippe (un ami)





Jour 2 :

départ à 16h à pleine mer pour profiter du début du descendant pour franchir la passe sud. Dès que nous sortons du port, je suis contraint de prendre un ris dans la GV et d'enrouler une partie du génois (vent de face force 5) le tout un peu chahuté par le clapot. On tire des bords courts pour se positionner dans l'axe de la passe, je reste bien attentif à cause des bancs de sable à tribord et à babord et pour éviter deux bacs qui font la traversée Royan - Verdon et qui se croisent avec Tamata au milieu. Enfin nous voilà dans la passe, vent de travers pour un long bord vers la sortie. Je jubile, le GPS affiche des pointes à 8,5 noeuds sur le fond, ça va vite ! La houle est courte (moins d'1m) mais il y a un bon clapot.
Voilà, ça y est, on est sorti, loin du rivage derrière la ligne de sonde des 20m et on peut abattre maintenant, direction tout droit, vers Arcachon. Finalement, je préfère tirer des bords de largue, pour éviter un empannage incontrôlé et c'est plus confortable pour le barreur. De toute façon, on avance entre 5 et 7 noeuds sur le fond, on peut donc se permettre de rallonger un peu la route. Une hypothèse à 5 noeuds de moyenne nous ferait arriver au petit matin devant la passe nord d'Arcachon. Les vagues sont toujours là et ça remue pas mal ! Pas terrible pour nos estomacs.
La nuit est magnifique, éclairée par la lune. On croise peu de bateaux si ce n'est les bateaux de pêche. La nav est simple, je me sers du compas et du sondeur et de temps en temps un regard sur le GPS. 210° sur un bord et on vire dès qu'on a passé 21m au sondeur, 150° sur l'autre et on vire dès qu'on passe 16m.




Jour 3 :

On arrive devant la passe nord d'Arcachon vers 8h (16h de traversée). Là, on est obligé de poireauter à la bouée d'atterrissage en attendant la renverse à 10h. On franchit les passes à basse mer sans problème car les conditions sont excellentes, la houle est insignifiante (0,50m) et le courant faible (petit coeff). De là on rejoint Claouey où je laisse le bateau à l'ancre.

événement particulier :
Un hélico de l'armée nous survole, un gars me montre un panneau marqué "CH 6". Je comprends qu'ils veulent me causer sur le canal 6. Allons bon, qu'est-ce -que j'ai encore fait ? Ouf ! C'est pour me prévenir qu'il y aura des exercices de tirs. On n'est pas concerné puisqu'on entre dans le Bassin.




27/08/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 144 autres membres